top of page

En hommage au...

...Caporal

Kazimierz WYSOCKI

WWII 1939-1946

 

 

Kazimierz WYSOCKI s'engagea comme volontaire le 08/12/1939 pour combattre l'envahisseur et défendre la FRANCE (son lieu de travail et de résidence) et sa patrie, la POLOGNE (pays de ses ancêtres).
Il rejoint les Forces Polonaises, en cours de constitution, à Coëtquidan. De là, il suivit une formation de soldat (et cuisinier, à ses "heures perdues"). Il fit parti du contingent amené à repousser l'ennemi dans l'Est de la France. Là il fût fait prisonnier et renvoyé dans ses foyers (le Nord de la France à Sallaumines) où il travailla dans les mines occupées par les Allemands.

 

 

 

En Août 44, ayant pris connaissance des évènements de Normandie, il s'enfuit et alla rejoindre la 1ère DB au franchissement de la Seine.

Il fût intégré dans la 1ère DB en tant qu'Estafette. Il participa à la libération des villes d'Amiens, Abbeville, St Omer, Bailleul, Meteren, Ypres, Gand, Anvers, Breda, Moerdick, Gilz...

La plupart des photos de cet album ont été prises, par Kazimierz, en Belgique et en Hollande lors de l'hiver 44/45 au bord de la MAAS.

Ensuite les évènements l'amenèrent jusque Wilhemshaven.

Une fois démobilisé, il rejoint sa Famille à Sallaumines dans le Pas de Calais.

Parcours de la 1ère Division Blindée Polonaise agrémenté de quelques anecdotes de Kazimierz (période Kazimierz).

Après l'annexion de la Pologne par l'armée Allemande (communiqué de la radio Polonaise), une grande partie des troupes Polonaises réussit à rejoindre la France. Le général Sikorski, chef du gouvernement Polonais en exil à Angers, signe un accord avec les autorités Françaises pour la constitution d'une armée Polonaise indépendante sur le sol Français. 

Les forces Polonaise s'organisent sous l'uniforme français, et suivent un entraînement intensif, bien qu'elles souffrent de l'insuffisance d'équipements et d'armements. Cette armée fut constituée  de Polonais  fuyant le joug Allemand et Soviétique et d'immigrés de pays tel que le Canada ou les Etats Unis. 

KW, installé dans le nord de la France depuis 1923,  parti par le train jusqu'au camp de Coétquidan  en Bretagne, qui constitue le principal centre de formation de l'Armée Polonaise du général Sikorski en France.

Après leur enregistrement, les nouveaux arrivants reçoivent les anciens uniformes bleus horizons Français datant des années 1918/1920 et des armes obsolètes. Ils sont installés dans des baraques en bois  construites pendant la 1ère Guerre Mondiale. Faute de place, certains prennent quartiers chez l'habitant.

 

Par la suite les diverses unités constituées prirent la direction de différentes régions de France et, comme les troupes Françaises, se trouvèrent en position d'attente face à l'ennemi.

Au début des hostilités, KW fut fait prisonnier et envoyé en Allemagne. Quelques mois plus tard, dans le cadre du travail obligatoire, il fut renvoyé dans ses foyers, à Noyelles sous Lens pour travailler dans les mines. Cette période fut difficile et relativement frustrante. KW se maria en 1942 et fonda une famille.

Le général Sikorski s'exila en Angleterre avec son gouvernement et l'accord des autorités Britanniques . Il y constitua la célèbre 1ère Division Blindée Polonaise. Elle était basée à Edimbourg en Ecosse.  Les années passèrent et vint le  6 juin 1944, avec le fabuleux déploiement de force jamais réalisé  qui permis à des centaines de milliers de soldats de débarquer sur les plages de Normandie.                 

                                                                                             

La Première Division Blindée Polonaises qui débarqua à "JUNO", avec à sa tête le général MACZEK, prit la direction de la "poche" de Falaise afin de mettre hors d'état de nuire les divisions SS encore en poste dans le secteur.

Cette période de la campagne de Normandie fut décisive et meurtrière. Elle permit de mettre fin à des semaines de combat avec les armées Allemandes les plus expérimentées et les plus farouches, et d'ouvrir les routes vers l'est (Paris) et le nord ( la "Poursuite" de la 1ère DB)

Après avoir mené avec bravoure la mission que le haut commandement allié lui a dicté, la 1ère DB Polonaise pris donc la direction du Nord de la France, destination finale : la Hollande puis Varsovie. Cette marche fut nommée la "poursuite". KW rejoint de nouveau les forces POLONAISES, le 29/09/1944,  lors de leur mouvement vers le Nord de la France ( profitant de la débâcle de l'ennemi). Il eut un équipement beaucoup mieux adapté, d'origine Britannique.

Il intégra une brigade motorisée comme "estafette" ( 9ème bataillon des Flandres) , sur moto BSA 1940, n° C5211018.

 

La 1ère Division Blindée Polonaise, qui faisait partie de la 1ère armée Canadienne du général Crérar (21ème groupe de l'armée du Maréchal Montgomery),  se composait de:

QG de la division

Régiment de reconnaissance "cromwell"

10ème brigade de cavalerie blindée (colonel Thadée Majewski):

1er régiment de char de combat

2ème régiment de char de combat

24ème régiment de lanciers sur chars

10ème régiment de dragons (infanterie motorisée)

 

3 ème brigade d'infanterie:

1er bataillon de chasseurs "Podhale"

8ème bataillon de chasseurs

9ème bataillon de chasseurs (nommé 9ème bataillon des Flandres , de KW, et décoré par le Prince Charles Régent de Belgique )

1er escadron indépendant de mitrailleuses

 

Artillerie divisionnaire:

1er régiment d'artillerie de campagne (autotracté)

2ème régiment d'artillerie de campagne (tracté)

1er régiment d'artillerie antiaérienne

1er régiment d'artillerie antichars

Elle était également appuyée par des services de dépannage et réparation, sanitaires et de ravitaillement (identification complète).

Campagne de Belgique

Quittant la France ( St Omer ), dans la nuit du 5 au 6 Septembre, les alliés construirent un pont sur le canal de Neuf-Fosses. Cela permit à la 1ère Division Blindée Polonaise de faire son entrée sur le territoire Belge à l'aube du 6 Septembre 1944.

 

CAMPAGNE DE BELGIQUE

Le 6 septembre 1944

La 1ère DB prit la direction de Ypres et, par une habile manoeuvre de contournement de la ville, mit fin à quatre années et demi d'occupation Allemande. Cette opération s'effectua "proprement" ( sans tir d'artillerie) et évita des pertes inutiles à une population déjà bien éprouvée. Le 9ème bataillon se distingua particulièrement dans cette bataille et fut accueillit triomphalement par la population.

 

Le 7 septembre 1944

Opération de reconnaissance des lignes ennemies à Roulers, et ses environs,  par le 10ème régiment de chasseurs. Après de durs combats et de situations périlleuses, les Polonais créèrent la surprise en fonçant droit sur l'ennemi (Gits), se frayant un passage afin de rejoindre leur escadron. Les renseignements apportés furent déterminants et permirent la libération de Roulers par la 3ème brigade de chasseurs.

C'est à l'issue de ces deux journées que le 9ème bataillon de chasseurs obtint la glorieuse dénomination de "Chasseurs des Flandres",ainsi que la fourragère de la croix de guerre Belge.

 

Le 8 septembre 1944

La 1ère DB continue sa route et parvint dans la région de Thielt et de Ruysselede. Thielt fut prise après une manoeuvre astucieuse du Lieutenant-Colonel Dowbor qui fit contourner la ville au sud par le 10ème régiment de chasseurs à cheval.

Au même moment, le 2ème régiment blindé prit d'assaut la ville de Ruysselede. Les combats furent très durs, mais le courage des Polonais mit en déroute l'occupant qui dû abandonner ses positions après avoir subit de nombreuses pertes.

Autre objectif déterminant; la maîtrise du passage du canal de Gand à Aeltre. Difficile mission que le Lieutenant-Colonel Koszutski ne pu mener à bien; les troupes Allemandes campaient efficacement sur leurs positions.

Cet arrêt de l'avancement de la 1ère DB peut s'expliquer par les modifications topographiques;  entre les grandes plaines de France où l'avancée des blindés en était facilitée et le sol marécageux de la Flandres peu propice à des manoeuvres rapides.

 

Les 9 et 10 septembre 1944

Le soir de ce 9 septembre commencèrent les attaques contre la résistance Allemande. Le relief ne facilitait guère la tâche de ces valeureux Polonais qui ne purent conquérir que le 1er bras du canal de Gand ( qui en comprend 2).

Le 10 septembre au matin, le feu ennemi était tel, que les Polonais durent se retrancher afin de se réorganiser. La forte résistance Allemande et la proximité des forces Britanniques ( sur l'aile gauche) contraint le haut commandement Polonais à changer de stratégie. La 1ère DB rejoignit les "Rats du désert Britanniques" et ensemble libérèrent Gand. Les Polonais prirent ensuite la direction  de St Nicolas pour une mission de nettoyage entre le canal de Gand et celui de l'Escaut.

 

Le 11 septembre 1944

L'après midi fut mémorable pour la population de Gand qui accueillit avec joie l'arrivée des alliés. Mais il fallait être vigilant car l'ennemi était présent dans les alentours et bombardait toujours la ville. Les Polonais s'installèrent dans la ville et l'état major  prit l'hôtel de ville comme Quartier Général.

Les combats reprirent par une attaque du 9ème bataillon, aidé par l'aviation et l'artillerie. Objectif: prendre possession d'un bois situé au nord-ouest de la ville , définit comme étant une zone stratégique pour les deux camps. Les combats furent rudes. Les avancées et les retraites furent nombreuses qui  obligèrent le 9ème bataillon à battre en retraite sur Lokeren et St Nicolas..

 

Le 12 septembre 1944

Journée de réorganisation et de rassemblement des forces Polonaises.

 

Le 13 septembre 1944

L'attaque fut lancée contre les forces d'élites Allemandes par les 8èmes et 9ème bataillon de front, tandis que le 24ème régiment des Uhlans les prit à revers. Intervention victorieuse qui fit de nombreux prisonniers coté Allemand. Gand était définitivement libéré.

 

Le 14 septembre 1944

La libération se poursuivit par la conquête de villes comme Stekene, Saint-Gilles-Waas et la région de La Trompe.

Période du 15 au 26 septembre 1944

La 1ère DB livra bataille aux troupes Allemandes du général Neuman. Combats très rudes sur un terrain difficile, avec de nombreuses incursions sur le territoire Hollandais. Elle libéra les villes de Axel, Hulst et Terneuzen.

Le 21, la 1ère DB pu prétendre à un repos bien mérité avant de se lancer de nouveau dans la bataille; objectif l'embouchure de la Meuse (Maas).

 

Le 27 septembre 1944

La situation en Belgique s'améliorait, avec toute la partie sud et nord ouest du pays qui étaient libérées. La ville d'Anvers était tenue par les Britanniques et les Canadiens. Seul le port était occupé par les Allemands.

L'objectif était de se lancer vers le nord du pays et entrer en Hollande. La 1ère armée Canadienne, où se trouvait la 1ère DB, engagea des combats sur l'île de Wacheren afin de conquérir la partie nord donnant accès au port.

 

Le 28 septembre 1944

Cette journée fut celle des stratèges alliés qui définirent les missions de chacun dont celle de la 1ère DB Polonaise. Les Polonais devaient se diriger vers le nord et pénétrer en Hollande.

Les destinations étaient les suivantes:

traverser l'escaut et se diriger vers Merxplas

ensuite se diriger vers Baarle-Nassau et Tilburg ( en Hollande)

Les unités engagées étaient:

3ème brigade de chasseurs

10ème régiment de chasseurs à cheval

24ème régiment de Uhlans

10ème brigade de cavalerie blindées, renforcée par le 8ème bataillon.

Petite anecdote concernant Kazimierz :

" Je me dirigeais vers un cours d'eau, peut être l'Escaut (!), en reconnaissance. Il faisait sombre... c'était le crépuscule. J'étais sur ma BSA quand soudain des balles sifflèrent autour de moi. Après coup je me rendis compte qu'il s'agissait d'un -snipper-, pratique courante chez l'ennemi. En une fraction de seconde je me retrouve couché dans le fossé; il régnait un tel silence... et il faisait froid.

J'attendis quelques instants, soulevais la moto et repartis silencieusement en la poussant. J'ai parcouru quelques centaines de mètres avant d'atteindre un pont. Ce pont franchissait un cours d'eau, lequel je devais reconnaître. Et là quelle fut la surprise; il était détruit en son milieu, par des bombardements très certainement. Je rebroussais donc chemin ( par une autre voie) et rendis compte à mes supérieurs.

J'avoue que là je voulais presque remercier ce "snipper" car en temps normal j'aurais franchi le pont à vive allure et qui sait ce qu'il serait advenu !! "

Anecdote rapportée par F Wysocki, fils aîné de KW

Le 29 septembre 1944

Les Polonais franchirent donc l'escaut vers un axe sud-nord afin de prendre la ville de Merxplas. Le 9ème bataillon de chasseurs des Flandres avait pour mission d'attaquer Merxplas par l'ouest. Engagement des combats par les chasseurs de Podhale suivis des chasseurs des Flandres.

Encore de rudes combats qui ralentissaient la progression alliée. Wolfspotten fut libéré.

 

Le 30 septembre 1944

Changement de stratégie: attaquer Merxplas sur deux fronts et l'encercler. Le 9ème bataillon devait se diriger par le sud vers le bois de Luijsterborg en vue d'une attaque sur la ville de Molenzijde.

L'attaque fut lancée simultanément sur deux lignes appuyées par l'artillerie de division et l'artillerie Britannique. Les chasseurs de Podhale occupe la ville de Merxplas .

Le 9ème bataillon de chasseurs des Flandres conquit Molenzijde. L'objectif était maintenant d'ouvrir la route de l'ouest. Ce dont se sont chargés les chasseurs de Podhale et les chasseurs des FLandres. Ces derniers avancèrent rapidement, grâce aux chasseurs à cheval qui arrivèrent sur Strikken sans lutte, et se rendirent maître du passage ouest.

Sur ordre du commandant de brigade, les Polonais prirent en "tenaille" l'ennemi; bataille qui s'avérait être un succès total.

 

CAMPAGNE DE HOLLANDE

Le 1er octobre 1944

Les Polonais s'engage sur le territoire Hollandais et se dirige vers Baarle-Nassau. Les combats durèrent trois jours et permirent de prendre possession de cette ville.

L'approche de  Breda se précise de jour en jour.

La 1ère DB passa l'hiver 44/45 le long de la Meuse en Holande. Kazimierz en profita pour écrire à son épouse ces quelques mots au dos d'une photo:

Pamiatka z Bredy    8.1.45  Wysocki Kazimierz. Dla moj ukochany zony, Genowefy Wysocka

Traduction : souvenir de Breda 8.1.45 Wysocki Kazimierz. A mon épouse bien aimée, Geneviève Wysocki

 

Le 6 octobre 1944

La 1ère DB prend possession de Baarle-Nassau, Alphen et Turnhout. La route de Breda est désormais ouverte. Compte tenu des efforts fournis et de l'état des troupes, un répit leur est accordé pour, entre autre, réparer et entretenir le matériel.

Le 22 octobre 1944

Offensive de taille de la part des alliés (Canadiens, Britanniques, Américains) à destination de Roosendall, Diep, Tilburg. La 1ère DB reçoit l'ordre de pousser les forces Allemandes vers les fossés anti-chars de Terover, Gilze et Osterwyk. La 1ère DB occupe Gilze.Direction Breda et le canal de Wilhelmine.

 

Le 29 octobre 1944

Attaque massive de la 1ère DB sur Breda qui continue jusqu'au 30 octobre. La ville est libérée dans la soirée avec, comme à l'accoutumé, un minimum de dommage causé à la population.

Cette bataille s'affiche comme étant la deuxième grande bataille menée avec succès par la 1ère DB après celle de Chambois.

Inutile de vous dire à quelle point la population de Breda fut enthousiaste lorsque le Général Maczek installa officiellement l'ancien maire à l'hôtel de ville !

La 1ère DB poursuit sa route vers Moerdijk où l'attende de nouveaux combats difficiles.

 

Le 3 novembre 1944

Les Polonais font face à une défense farouche des Allemands. Ils y ont bâti des murs de bunkers. Il a fallut faire appel à l'aviation    pour les réduire au silence.

 

Le 8 novembre 1944

Moerdijk est en vue, et l'attaque imminente. Il fait mauvais et seul l'artillerie peut faire face à une telle situation. L'avance est pénible, due au relief et à l'état du sol (marécageux). Les combats se dérouleront toute la journée et c'est seulement tard dans la nuit que les Polonais en prendront possession après que l'ennemi ait pris la fuite. La 1ère Division Blindée Polonaise prend ses quartiers à Breda pour y passer une bonne partie de l'hiver 44/45.

Elle constituait une barrière infranchissable pour l'ennemi. Elle prit ensuite la direction de l'Allemagne, accompagnée de la 2ème Division d'Infanterie et la 4ème Division Blindée Canadienne. L'ordre a été donné de se diriger sur Wilhemshaven, la plus grande base navale Allemande de la mer Baltique.

 

Le 5 mai 1945

La 1ère DB était à 20 kms de Wilhemshaven. Les hostilités ont pris fin à ce moment lorsqu'il fut état de la capitulation des forces Allemandes occupants la ville.  Les Polonais l'occupèrent jusqu'en 1947, date à laquelle ils rejoignirent les îles Britanniques.

C'est avec beaucoup de regrets que les soldats Polonais saluèrent le départ de leur Général. Le général Rudnicki lui succéda. Ensuite il y eu cette volonté de retour au pays. MAIS ...

Mais, pour mieux comprendre le refus de la majorité de ces Polonais de l'occident à rentrer au pays... souvenez vous des accords pris auparavant et qui inclus en cette période une bonne partie de la Pologne dans les frontières Soviétique ! Le communisme était viscéralement rejeté par cette population détentrice de valeurs indestructibles telles que la religion et les droits de l'homme.

De ce fait beaucoup d'entre eux rejoignirent la Grande Bretagne, le Canada, les Etats Unis ou la France. Ce fut le cas de KW qui fut  démobilisé le 04/09/1946 où il put rejoindre sa famille restée dans le Nord de la France. Il fut décoré par les autorités militaires Françaises, Belges et surtout Anglaises.

 

 

 

ALBUM PHOTOS

Pour en savoir plus sur le Gouvernement Polonais en exil, cliquez ci-dessous.

bottom of page